mardi 23 décembre 2014

Je suis une fille et je kiffe le numérique : et alors ?

Qu'on se le dise : être une femme et une geek, c'est possible ! La preuve par Gwënola KERGLONOU, Responsable du système d’information à l'ICAM Nantes (école d’ingénieurs).

"La première fois que je suis tombée nez à nez avec un ordinateur (un PC, merci IBM), il n’avait même pas de disque dur : c’est dire si ça remonte (ben, 30 ans en fait)... Pourtant, c’était dans une université à vocation scientifique (Pierre et Marie Curie à Paris). J’y effectuais mon master (bac+5), et nous étions là pour apprendre à utiliser ces machines et... aussi à les aimer : elles allaient vite devenir nos meilleures amies. À l’époque, pour pouvoir gérer beaucoup d’informations, nous étions très papier : les supports numériques avaient une capacité très très faible, si faible. Quelques kilo-octets, tout au plus (quand un fichier audio MP3 aujourd'hui fait 6 Mo, soit 6 000 Ko). La préhistoire comparée au Big Data aujourd'hui ! Depuis, pas un jour sans que le numérique ne m'étonne et ne m'embarque. C’est un monde qui ne s’arrête jamais, en éternel mouvement !

Être geek en jupe, c’est possible (les claviers plats et les écrans tactiles ne sont-ils pas les meilleurs amis de nos ongles peints ?)

Pourtant, dans une assemblée "d’informaticiens", soyons honnêtes, les jupes sont rares. Et ce n’est pas que les garçons soient condescendants et/ou sexistes, au contraire ! Le numérique est un univers où la passion du métier gomme les différences. C’est juste parce que, aujourd’hui, les filles pensent à tort : "ce n'est pas pour moi". Du haut de mon grand âge, je ne comprends toujours pas pourquoi !

Ce que je fais au quotidien ?

Je propose des solutions pour que tous mes utilisateurs aient accès à leurs informations en toute sécurité et où qu’ils soient. Cela demande de la technique et de l'imagination (l’utilisateur peut parfois être imprévisible). Les métiers du numérique sont très bien considérés, bien rémunérés, indispensables pour le quotidien des entreprises (et pour le nôtre !), super intéressants par leur variété et leur évolution permanente. Du coup, je le vis bien, et même très bien.

Avant j’étais en robe.

Aujourd’hui, je suis toujours en robe, mais avec une poche pour mon smartphone : c’est mon meilleur ami (je suis connectée avec mes collègues) et c’est, surtout, mon bureau. Je n’imagine pas changer de métier : c’est mon métier qui change et qui m’apporte des supers projets. Et je ne change pas non plus, je suis une fille : je l’ai toujours assumé et l’univers du numérique me va bien !